Europe Identité
  • capitalisme et marxisme diveisent solidarité identitaire
  • je suis un homme blanc avant d'être un socialiste
  • 0 % raciste 100 % identité
  • VOULOIR la ou il y a une volonté il y a un chemin
  • heac est terra nosta ici c'est notre terre
  • Rejoignez la résistance identitaire, Europe Identité sera présent là ou vous le ferez vivre.
  • Rejoignez la résistance identitaire, Europe Identité sera présent là ou vous le ferez vivre.
  • Rejoignez la résistance identitaire, Europe Identité sera présent là ou vous le ferez vivre.
  • Rejoignez la résistance identitaire, Europe Identité sera présent là ou vous le ferez vivre.
  • Rejoignez la résistance identitaire, Europe Identité sera présent là ou vous le ferez vivre.

Les syndicats craignent "une main d'oeuvre au rabais"

Les partenaires sociaux réunis au sein du Groupe des 10 ont décidé de réduire la période d'attente imposée aux demandeurs d'asile avant qu'ils ne soient autorisés à travailler. Elle passera de 6 mois à 4 mois après leur enregistrement, a-t-on appris mercredi au cabinet du ministre de l'Emploi, Kris Peeters. La mesure sera prise par arrêté royal. Les représentants des travailleurs et des employeurs ont toutefois mis des conditions pour garantir le respect des conditions de travail et de salaire, a-t-on précisé à la FGTB.

 

 

M. Peeters a convié vendredi les partenaires sociaux à réfléchir à un assouplissement des règles de mise à l'emploi des demandeurs d'asile. Selon la réglementation actuelle, un demandeur ne peut se retrouver sur le marché de l'emploi durant une période de six mois après l'enregistrement de sa demande d'asile.

Des conditions assortiront la mesure. "Nous ne voulons pas que l'on en profite pour introduire une logique de main d'oeuvre au rabais", a souligné le secrétaire général du syndicat socialiste, Marc Goblet.

Une concertation est attendue avec les Régions, compétentes pour le permis de travail C, c'est-à-dire l'autorisation d'une durée limitée et accordée aux ressortissants étrangers qui ne disposent en Belgique que d'un droit de séjour limité ou précaire. Les syndicats veulent également que des conventions collectives encadrent les recrutements, qu'il soit tenu compte de la main d'oeuvre déjà disponible et des problèmes d'équivalence de diplôme qui pourraient se poser.

Les demandeurs d'asile devront disposer de trois documents: un premier mentionnant la date de leur enregistrement, un deuxième délivré par la commune et mentionnant leur immatriculation et le permis C.

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/34762/Crise-des-refugies/article/detail/2450268/2015/09/09/Les-syndicats-craignent-une-main-d-oeuvre-au-rabais.dhtml

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites